La laparotomie
13146
post-template-default,single,single-post,postid-13146,single-format-standard,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 

La laparotomie

La laparotomie

Je suis de retour pou l’article ultime !

Eh oui, je suis obligée de vous quitter. Ayant des soucis de santé, je ne peux plus assurer mon bénévolat sur ce site. Peut-être plus tard…

Cet article n’est pas un sujet par hasard vu que c’est du vécu (d’ailleurs, c’est bien mon gros bidon en photo).
En cherchant comment se passait une laparotomie, je n’avais trouvé qu’un seul document. Il était même très bien détaillé. Je m’étais donc fiée et préparée en conséquences…. Sauf que ça ne se passe plus du tout de cette façon.

Qu’est-ce qu’une laparotomie ?

Dans un premier temps, je me dois de vous expliquer ce que c’est. C’est tout simplement une incision de la paroi abdominale. Certes, cela fait peur car la cicatrice, fait tout de même 10 à 15 cm. C’est un peu plus lourd que la cœlioscopie ou la laparoscopie car le transit intestinal met plus de temps à reprendre.

Alors comment ça se passe présentement ?

Un petit retour en arrière s’impose évidemment. Avant, enfin en tout cas sur le document que j’avais trouvé, il était dit que vous restiez plusieurs jours au lit et pour manger c’était sous perfusion. Que néni, ça ne se passe plus du tout comme ça !

Aujourd’hui le corps médical préconise un retour à la normal dès que possible. Ceci pour que le corps guérisse plus vite.

Mon parcours

J’habite dans le sud ouest de la France. C’est donc tout naturellement que je me suis fait opéré au CHU de Toulouse. Attention je vous explique bien pour la laparotomie et non pourquoi j’en ai eu une.
Vous rentrez comme pour toute intervention qui ne peut pas se faire en ambulatoire, la veille. Pour une laparotomie, il faut compter 5 à 7 jours d’hospitalisation. En fait votre porte de sortie est la reprise du transit au moins par les gaz (comme m’a dit mon chirurgien, il faut péter : 😀 ).
Vous êtes emmené au bloc le lendemain matin pour, comme on dit chez nous, passer sur le billard. Une fois fait, vous vous réveillez dans le coltard. Là, on vous dit que vous avez une pompe à morphine et que toutes les 7 minutes vous pouvez appuyer si douleurs. Vous avez également un redon et une sonde urinaire.
Le lendemain, ils vous enlèvent cette dernière et vous disent qu’ils vont vous lever (what ? :O ) et que vous allez prendre votre douche (je suis capable de ça ?). Là, vous découvrez votre blessure de guerre et :O oh ! Mais elle est jolie et fine ! Ils vous disent que la cicatrice sera à l’air libre pour favoriser sa cicatrisation mais vous aurez tout de même une ceinture pour éviter la protéger, éviter la pression et éventration. On vous apporte ensuite le petit déjeuner (j’y ai le droit ?) et vous disent qu’il faut marcher pour favoriser la reprise du transit. Vous vous précipitez donc, redon sous le bras et à la vitesse d’un escargot vous promener (et profiter de fumer ou vapoter).
Biensûr pendant quelques jours, les repas sont assez liquides car vous n’avez guère le droit qu’à des soupes. Cela ne vous empêche pas de manger quelques biscuits à côté.
3 jours plus tard, il vous enlèvent ce fameux redon et vous disent que si vous avez fait au moins des gaz, le lendemain vous pourrez sortir.

Une infirmière viendra chez nous faire les soins et vous enlever les agrafes 10 jours après. Et là c’est la délivrance !

Maintenant il faut juste faire attention pendant 2 mois de ne pas faire trop d’efforts et de ne pas porter de lourd pour éviter l’éventration.

No Comments

Post A Comment